ATTAC 95 Cergy
Accueil du siteActualité
Brèves
Projet UMP : supprimer la Fonction Publique en France !!
samedi 22 janvier

L’UMP dépose une loi pour supprimer le statut de la fonction publique à 80% des personnels !

Ils se croient tout permis, à lire sur Mediapart, et voir le projet de loi ici

 
A propos des 35 H
vendredi 7 janvier

Réponse de Gérard Filoche à Manuel Vals, qui remet en cause les 35h plus fort que l’UMP ! Une réponse détaillée et argumentée,

et Point de vue de Pierre Larrouturou à voir télécharger ici

Et une statistique de l’OCDE sur la durée moyenne de travail annuel selon les pays

 
Manif Retraites 2 Octobre !
mercredi 29 septembre

pour départ groupé, avec Attac-Cergy et le collectif Retraites ,

RDV à 13h, Gare Cergy-Préfecture

pour aller à la manif (14h30, République)

Venez tous en famille !

 
urgence nano... un vrai débat à Paris le 23 février
lundi 22 février

"Mardi 23 février, à 20h, à Paris 19e, débat public sur les nanotechnologies à l’invitation des opposants à la tyrannie technologique.

Prenant acte du naufrage de sa campagne de promotion des nanotechnologies, la CNDP a annoncé, le 3 février 2010, l’annulation de ses trois dernières réunions prévues à Montpellier, Nantes et Paris. La dernière soirée, à Paris le 23 février, se déroulera en présence d’un public trié sur le volet et sommé de présenter ses papiers. Informations à contact@nanomonde.org

 
Sur le Web : www.nanomonde.org
COPENHAGUE…
mercredi 16 septembre
A visionner avant le sommet de Copenhague.
 
Sur le Web : Copenhague
Un accord historique est signé à la COP21, mais…
dimanche 13 décembre 2015
par jacques-emile
popularité : 3%

Les 195 États réunis au Bourget pour la COP21 adoptent un accord historique pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Mais son manque d’ambition en affaiblit la portée et ne permet pas d’empêcher le réchauffement de la planète.

En 1992, pour lutter contre le problème naissant du changement du climat, le monde s’est doté d’un texte idéaliste célébrant les valeurs d’équité, de solidarité intergénérationnelle et d’entraide entre riches et pauvres : la convention des Nations unies qui fonde les négociations sur le réchauffement de la planète.

En 2015, pour réagir face à un système climatique en plein dérèglement, les États adoptent un accord technique, de faible ambition, peu contraignant et insuffisant pour que s’effondrent les gaz à effet de serre en temps voulu pour endiguer la hausse dangereuse des températures.

L’accord de Paris, signé par 195 nations, samedi 12 décembre au Bourget, est historique : pour la première fois, tous les États s’engagent à diminuer leurs émissions de CO2, et plus seulement les pays développés. C’est, en ce sens, le premier accord universel pour le climat. Un nouveau régime juridique se met en place : à partir de 2020, les pays devront se réunir tous les cinq ans pour faire le bilan de la baisse de leurs gaz à effet de serre et se fixer de nouveaux objectifs, de plus en plus ambitieux au fil du temps.

Ce bilan est obligatoire, fondé sur la science et soumis à des critères de transparence et de vérification. Les engagements de baisse de CO2 devront se traduire dans les politiques nationales. Les économies développées s’engagent aussi à aider financièrement les pays pauvres, en grande partie par des subsides publics, et à augmenter ces flux au fil des ans.

Autre symbole marquant : le monde se fixe pour horizon de contenir le réchauffement de la température moyenne« bien en dessous de 2 ° » par rapport à son niveau pré-industriel, et accepte de « poursuivre ses efforts » pour la limiter à 1,5 °C. Cet engagement est purement théorique : compte tenu de tous les gaz à effet de serre émis depuis la révolution industrielle et de tous ceux que les États ont prévu de rejeter d’ici 2020 et 2030, la température pourrait se réchauffer de près de 3 °C.

Mais il reconnaît un impératif moral : celui de se soucier du sort des îles et des plus vulnérables au changement climatique, menacés de disparition par la montée des eaux ou la désertification. Les États insulaires (îles Marshall, Barbades…), les Philippines et le groupe Afrique se sont beaucoup battus pour que ce chiffre symbolique figure dans l’accord, et gagner ainsi l’attention, ne serait-ce que furtive et formelle, des autres humains. « Dans ce texte, beaucoup de choses ont été diluées et polluées par ceux qui détruisent notre planète, mais il contient un nouvel impératif : limiter la hausse de la température à 1,5 degré, a déclaré Kumi Naidoo, directeur exécutif de Greenpeace international. Ce simple chiffre, avec le nouvel objectif de zéro émission nette d’ici la deuxième moitié du siècle, va causer la consternation dans les conseils d’administration des entreprises de charbon et dans les palais des États pétroliers. » Pour Giza Gaspar Martins, président du groupe des pays les moins avancés (PMA) : « Le problème n’est pas ce que nous pouvons faire, mais ce qu’il faut faire. Même à +1,5 degré, le consensus scientifique nous dit que beaucoup d’entre nous ne seront pas saufs. »

Tout le drame de l’accord de Paris s’exprime dans ce paradoxe : on sait qu’il faut agir, la vie et les conditions d’existence de centaines de millions de personnes sont en jeu, et, pourtant, le texte endossé à Paris, à lui seul, n’y changera pas grand chose. À force de concessions aux intérêts privés, à cause de la concurrence économique entre les États, des inégalités de richesses entre Nord et Sud, et du discrédit de la régulation dans bien des pays, la COP21 a débouché sur un texte insuffisant. Il défend de grands principes mais ne se dote pas d’outils opérationnels, reconnaît des obligations formelles mais sans grand contenu.

Concrètement, l’accord s’accompagne d’une « décision » qui en détaille de nombreux points de mise en œuvre, mais sans force juridique. Il s’organise en 29 articles, isolant les principaux points de la négociation climatique de ces dernières années : l’atténuation (la baisse des gaz à effets de serre), l’adaptation, les finances, les transferts de technologies… Il reconnaît l’importance des pertes et dommages, c’est-à-dire les impacts irréversibles de la crise climatique sur les pays les plus vulnérables. Mais sans leur offrir de droits aux compensations financières ni de protection juridique particulière, refusées par les Etats-Unis notamment.

« L’uberisation de l’ONU »

Le mi nistre d e s affaires étrangères Laurent Fabius, président de la COP21, a beau parler d’un accord « ambitieux et équilibré » et François Hollande proclamer qu’« il est rare d’avoir dans une vie l’occasion de changer le monde », l’accord de Paris ne crée pas d’outils concrets de baisse des gaz à effet de serre. Ses signataires s’engagent à plafonner leurs émissions « dès que possible », sans date butoir, et sans objectifs quantitatifs. C’est pourtant loin d’être un détail : pour contenir le réchauffement à +1,5 °C, il faudrait baisser les gaz à effet de serre de 70 à 95 % d’ici 2050. Cela nécessiterait un changement radical dans nos transports, nos logements, notre commerce. Autant de perspectives inenvisageables pour la plupar t des go u vernements signataires. Par ailleurs, le cycle de révision des émissions polluantes commence trop tard : le premier bilan doit être réalisé en 2023. Le renforcement des objectifs et leur application n’interviendraient que plusieurs années plus tard. Or, selon les chercheurs du GIEC, les dix – et même les cinq – prochaines années sont cruciales pour limiter le dérèglement du climat. Beaucoup de scientifiques considèrent que la course contre la montre d es 2° est perdue d’avance. La décision de la COP qui accompagne l’accord fixe un premier rendez-vous d’évaluation en 2018, mais sans force de contrainte. Quelques minutes après l’accord, François Hollande s’est engagé au nom de la France à réviser au plus tard en 2020 ses émissions, ses contributions financières pour les pays les plus vulnérables et à inviter d’autres Etats à s’allier à Paris pour créer un prix du carbone.

Lidy Nacpil, coordinatrice du Mouvement des peuples asiatiques sur la dette et le déve l oppement, dénonce un autre travers : la possibilité pour les États riches de réduire leurs émissions en dehors de leur territoire national, notamment dans les pays en développement. « Ils doivent réduire leurs propres émissions. Et ce doit être une obligation ! » proteste-t-elle. Autre exemple, l’article sur les émissions nettes à atteindre d’ici la deuxième moitié du siècle permet la captation et le stockage du CO2, une technologie qui risque de retarder le pic à la baisse des émissions.

L’évolution du projet d’accord pendant la COP porte la marque du lobbying intense qui s’est déployé. Dans sa première version, un article voulait interdire que les droits de la propriété intellectuelle n’empêchent le partage de technologies favorables au climat dans les pays du Sud. Il a ensuite disparu.

Autre exemple, les émissions des transports maritimes et aériens devaient être incluses dans les objec tifs de r éduction de l’accord – alors qu’elles représentent près de 10 % des émissions mondiales. Ce passage a été effacé dans les versions ultérieures. À l’inverse, la« promotion de la croissance économique » est apparue dans le texte en cours de négociation, et y figure toujours. L’accord de Paris entérine une rupture sans doute irréversible avec le protocole de Kyoto : il n’est pas juridiquement contraignant dans sa globalité et se met en œuvre par des objectifs de réduction d’émissions que chaque pays fixe librement. Cette absence de contrainte affaiblit le cadre régilateur qu’il crée.

Pour l’économiste Nicholas Stern, auteur du rapport qui fut en 2006 le premier à chiffrer les coûts faramineux de l’inaction pour le climat, « l’obligation est toujours là, mais elle f onctionn e d’une autre manière. Regardez ce qui s’est passé depuis un an : plus de 180 pays ont déposé des objectifs de baisse d’émissions alors que rien ne les y obligeait juridiquement ». « Il faut trouver un système d’obligation un peu différencié, avec le même niveau d’exigence pour les passages en revue des objectifs de gaz à effet de serre », analyse un négociateur. Plutôt que des contraintes juridiques jamais appliquées sous le protocole de Kyoto, les sanctions pourraient être « réputationnelles », à l’exemple de la liste noire des paradis fiscaux dressée par l’OCDE, ou encore des enquêtes de la Cour des Comptes sur les dérives budgétaires des collectivités locales.

Mais pour l’économiste Maxime Combes, de l’organisation Attac : « Les accords réellement contraignants sont ceux sur le commerce et les investissements. Il y a une dichotomie entre les contraintes juridiques dans les accords commerciaux et l’absence de contrainte sur le climat. » Pour le député européen Yannick Jadot (EELV), « c’est une vision très libérale de la collaboration entre gouvernements et acteurs non gouvernementaux, très souple, très horizontale. C’est un peu “l’uberisation” de l’ONU ». Jusqu’au bout, la présidence française de la COP21 a œuvré pour obtenir un accord à temps. Les dernières heures du sommet en offrent la démonstration. Alors que Laurent Fabius et son équipe prennent place à la tribune de la plénière finale pour adopter l’accord, l’information commence à se répandre que les États-Unis s’opposent à un mot du document : « shall », le verbe de l’obligation, dans une phrase sur la diminution des émissions de CO2. Les minutes, les dizaines de minutes, une heure passe. L’Union européenne s’inquiète. Moment de flottement au Bourget. Et puis, la présidence reprend sa place en tribune. Laurent Fabius annonce une série de corrections de nature strictement matérielles : une répétition doit disparaître, un adverbe est corrigé, une phrase réordonnée. Et u n « shall » doit devenir un « should », moins impératif. Personne ne réagit dans la salle.

Le ministre des affaires étrangères frappe le marteau. L’accord est adopté. Les délégués internationaux applaudissent. L’air de rien, les États-Unis ont obtenu une ultime satisfaction.

Médiapart - 12 DÉCEMBRE 2015 PAR JADE LINDGAARD

 
Articles de cette rubrique
  1. Conférence-Débat le 5 Décembre
    22 novembre 2008

  2. Extension 3 Fontaines abandonnée
    30 novembre 2008

  3. Appel des jeunes grecs
    22 décembre 2008

  4. Actualité du Comité local Attac-Cergy
    18 janvier 2009

  5. Face au G20, mobilisation en Mars contre la finance folle et sa crise !
    26 février 2009

  6. Face au G20, mobilisation le 28 Mars contre la finance folle et sa crise !
    22 mars 2009

  7. Le G20 : historique ou cosmétique ?
    3 avril 2009

  8. Jeudi 7 mai un débat spécial européennes au Café de la Plage du Théatre 95
    3 mai 2009

  9. Château d’Alaincourt : une zone de non droit à 40 km de Cergy.
    24 mai 2009

  10. Décroissance, Urgence climatique et sociale
    13 septembre 2009

  11. succès de la soirée débat à Bessancourt : "De la décroissance à la simplicité volontaire"
    17 septembre 2009

  12. Décroissance, Urgence climatique et sociale...
    23 septembre 2009

  13. Actualité d’Attac Cergy en Novembre 2009
    28 octobre 2009

  14. Quel devenir de l’énergie nucléaire ? Quelle position d’attac ?
    29 octobre 2009

  15. Semaine de la Solidarité internationale : un temps fort auquel ATTAC participe
    11 novembre 2009

  16. Débat ATTAC-ADOC sur la décroissance
    1er mai 2010

  17. Crise,Dette,Grèce,Retraites : même combat !
    13 mai 2010

  18. "La stratégie du Choc" à Beaumont
    7 octobre 2010

  19. Agenda Attac en Novembre 2010
    15 novembre 2010

  20. Réunion Attac-Cergy, 3 Décembre 2010
    24 novembre 2010

  21. Les 35 Heures, "verrouillées", "déjà supprimées", ou à défendre ?
    7 janvier 2011

  22. Agenda Attac-Cergy 2011
    22 janvier 2011

  23. Prochaines Réunions Attac-Cergy
    10 mars 2011

  24. Science, progrès, démocratie.
    30 mars 2011

  25. Prochaines Réunions Attac-Cergy
    1er avril 2011

  26. D’ailleurs nous sommes d’ici
    20 mai 2011

  27. Projection-Débat le 16 Juin à Utopia St Ouen
    31 mai 2011

  28. Actualité d’Attac Cergy en Juin 2011
    5 juin 2011

  29. Rentrée 2011
    25 août 2011

  30. Agenda Attac-Cergy
    29 septembre 2011

  31. Octobre-Novembre 2011
    20 octobre 2011

  32. Réunion Attac-Cergy, 2 Décembre 2011
    26 novembre 2011

  33. 18 Février, Manifestation Solidarité avec le peuple Grec !
    15 février 2012

  34. De Mémoire d’ouvriers
    26 février 2012

  35. Collectif Audit de la Dette Cergy
    4 mars 2012

  36. Fukushima,La Terre outragée
    9 mars 2012

  37. 1er Mai pour battre Sarkozy !
    26 avril 2012

  38. Rentrée : dire NON au Traité Merkozy accepté par Hollande !
    28 août 2012

  39. Situation actuelle à Notre Dame des Landes
    26 octobre 2012

  40. Le "pacte de compétitivité"…
    26 novembre 2012

  41. Nous voulons des banques au service de l’économie !
    13 juin 2013

  42. Médiapart condamné : non à la censure
    5 juillet 2013

  43. la France veut couler la taxe sur les transactions financières
    12 juillet 2013

  44. Parisot : pourfendeuse des dépenses publiques vient de rejoindre le Conseil Economique Social
    14 juillet 2013

  45. Loi de Programmation Militaire 2014-2019
    29 octobre 2013

  46. 15 ans d’ATTAC
    10 novembre 2013

  47. Pourquoi personne ne parle de l’origine de la "dette publique"’ ?
    27 décembre 2013

  48. Alternatives municipales : vers des communes en transition
    5 février 2014

  49. Action mail François Hollande : pour une TTF ambiteuse, ne cedez pas au lobby bancaire
    14 février 2014

  50. Que faire de l’euro ? que faire de l’Europe ?
    26 avril 2014

  51. COP 21…
    10 novembre 2015

  52. Après les massacres de Paris : épouvante, révolte, action
    14 novembre 2015

  53. Rassemblement du 12 décembre
    11 décembre 2015

  54. Un accord historique est signé à la COP21, mais…
    13 décembre 2015

  55. Béton, plastique, nitrates… 10 preuves que l’homme a changé le monde à jamais 
    23 janvier 2016

  56. DETTE et DEVELOPPEMENT : Colloque 25 Novembre à Cergy
    14 décembre 2017